Skip to content

L’hypothèque de votre maison après un divorce

L’une des plus grandes décisions que doivent prendre les couples qui divorcent est de savoir ce qu’il faut faire du domicile conjugal. Si la rupture est difficile, essayer de se mettre d’accord sur la maison et l’hypothèque peut devenir un cauchemar.

Choisir parmi les solutions qui s’offrent aux couples en instance de divorce dépend d’un certain nombre de facteurs, tels que le mode de financement et le titre de propriété, la volonté éventuelle de l’un des partenaires de rester dans la maison, le montant de la valeur nette de la maison et la cote de crédit.

Nos experts du prêt hypothécaire à Montréal vous présentent les options et les facteurs à considérer pour bien gérer l’hypothèque en cas de divorce.

 

Les 3 options pour gérer votre hypothèque en cas de divorce

Voyons les différentes options pour vous aider à prendre la meilleure décision en fonction de votre situation.

 

Option n°1: racheter la part du conjoint pour devenir l’unique propriétaire du bien

Décider qui gardera le domicile conjugal est compliqué si les deux conjoints veulent y rester. Ces décisions se passent plus facilement lorsque vous travaillez avec votre conjoint plutôt que d’être à couteaux tirés.

Une fois que le couple a décidé qui devrait obtenir la maison après le divorce, ils doivent s’assurer que le bénéficiaire peut se permettre de la garder. Ce dernier pourrait avoir besoin d’un financement. Dans ce cas, le prêt hypothécaire privé est une solution intéressante car le prêteur est souple et peut vous accorder l’emprunt en quelques jours.

Il est prudent de comprendre l’impact à long terme de racheter les parts du conjoint après un divorce, même si cela ne pose aucun problème à court terme, car cela peut vraiment affecter d’autres objectifs et projets que vous pourriez avoir.

 

Option n°2: refinancer votre hypothèque

Certains couples décident de refinancer une hypothèque conjointe en un seul nom au moment du divorce: c’est l’assumation d’hypothèque. Cela a pour effet de libérer le conjoint dont le nom est retiré du prêt de la responsabilité de l’hypothèque.

Cependant, à moins que le nom de ce conjoint ne soit également retiré du titre de propriété, il peut toujours bénéficier de la vente et de la valeur nette de la maison. Il est donc important non seulement de refinancer, mais aussi de mettre à jour le titre de propriété pour refléter un seul propriétaire.

Toutefois, le conjoint qui demande le refinancement ne peut utiliser que son propre revenu et sa propre cote de crédit pour être admissible. Le prêteur va examiner le profil de l’individu et s’assurer qu’il peut se permettre d’être la seule personne qualifiée pour l’hypothèque.

Une fois encore, l’hypothèque privée est un type de financement qui convient dans ce type de situation. Vous pouvez lire notre article « Pourquoi un prêt privé? » pour mieux comprendre ses avantages.

 

Option n°3: vendre la maison pour repartir à zéro

Bien souvent, le divorce mène à la vente de la maison et au partage des bénéfices par les conjoints. Il peut être dans l’intérêt de chacun de se vendre pour rembourser l’hypothèque, percevoir sa part des profits et repartir à zéro. Et si aucun des conjoints n’a les moyens de rembourser l’hypothèque à lui seul ou de racheter les parts de l’autre, ils n’auront peut-être pas d’autre choix que de vendre.

En outre, en cas de litige sur la valeur de la maison, la vendre est le meilleur moyen d’obtenir la réponse.

En plus de l’estimation du prix de vente du bien, les couples doivent tenir compte des coûts qu’ils devront assumer s’ils vendent ou refinancent la maison. Il peut s’agir de la commission de l’agent immobilier, des coûts de remise en état de la propriété pour la rendre plus attrayante pour les acheteurs, des droits de mutation immobilière et de l’impôt sur les gains en capital.

 

L’évaluation de la valeur nette de votre maison

Il arrive cependant que le couple ne soit pas d’accord sur la valeur estimée. Cela peut paralyser les efforts pour aller de l’avant et peut signifier dépenser plus de temps et d’argent pour les avocats et les évaluateurs.

Bien que la vente de la maison soit la seule façon de l’évaluer réellement et de calculer la valeur nette, ce n’est pas toujours faisable ou approprié. Le mieux est encore de faire appel à un professionnel pour l’évaluer.

Si le couple est coopératif et peut se mettre d’accord sur une société d’évaluation, c’est le meilleur moyen de déterminer la valeur réelle de la maison. Sinon, chaque partie devrait faire évaluer la maison et utiliser une valeur moyenne pour déterminer la valeur nette.

Lorsque vous vendez votre maison, vous empochez la valeur nette, moins les frais de vente. Il est fréquent qu’un couple partage la valeur nette, conformément à l’accord de séparation, ou l’utilise pour rembourser d’autres dettes accumulées ensemble.

 

Prenez conseils avec des experts comme Excel Finance

Avant de prendre des décisions concernant votre maison ou votre prêt hypothécaire pendant un divorce, assurez-vous d’avoir les bonnes personnes autour de vous et de bien peser le pour et le contre de chacune des options présentées ci-dessus.

Dans la région de Montréal, Excel Finance est un des prêteurs privés les plus expérimentés, et nous traitons fréquemment ce genre de problématique avec des couples qui divorcent. Nous serons en mesure de vous conseiller selon votre situation financière et vos objectifs à court et long terme.

Dans tous les cas, si vous avez la moindre question, n’hésitez pas à nous contacter par téléphone au (800) 514 – 1878 ou en remplissant notre formulaire de contact.

Partager
Share on facebook
Facebook
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Plus d'articles